Rencontre avec Benoît Léonetti, "Les Vignerons de Pégairolles"

Rencontre avec Benoît Léonetti, Président de la Cave Coopérative "Les Vignerons de Pégairolles"

Archives Les Vignerons de Pégairolles
Archives les Vignerons de Pégairolles
Benoît Léonetti

portrait benoît léonetti

"Depuis tout petit j’étais dans les vignes. On peut dire que je suis né dans les vignes puisque Maman a quasiment accouché dans les vignes en ramassant les sarments au mois de mars, après la taille. C’est mon grand-père qui s’était installé dans à Pégairolles en 1956, après la guerre. Il venait de l’Aveyron. C’est une de ses tantes qui avait la propriété à Pégairolles de l’Escalette. Elle ne représentait pas grand chose, il n’y avait que 3 ha de vigne. C’était planté comme ils faisaient à l’époque avec des fruitiers au milieu, des amandiers, des cépages « en foule ». Les cépages étaient mélangés, il y avait autant de rouge que de blanc que de gris. A l’époque il y avait de l’Aramon, du Carignan, du Terret Bouret. C’était les cépages traditionnels du Languedoc. Il devait y avoir du Grenache. Ce n’était pas des cépages comme il y a maintenant : les Syrah, Merlot, Pinot, n’existaient pas du tout.
Mon grand-père est donc arrivé à Pégairolles avec ma grand-mère puisqu’ils sont tous les deux Aveyronnais et il s’est installé là sur cette propriété où il a fait 7 comportes la première année sur 3 ha de vigne. C’était des volumes ridicules puisque la propriété était quand même assez grande. C’était une grosse propriété pour l’époque. Les plus gros propriétaires avaient 3 ou 4 ha, pas plus. Souvent ils avaient une petite parcelle de vigne et ils faisaient des champs à côté et des jardins. Ils profitaient de leur culture mais ils n’en vivaient pas forcément.
C’était un héritage. Il n’avait pas de vignes en Aveyron, c’est quelque chose qu’il a appris ici. Ensuite, c’est mon oncle qui a repris la propriété suite au décès de mon grand-père. Il avait environ 14 ans et il était trop jeune pour s’installer. Du coup, c’est Maman qui a travaillé les vignes avec ma grand-mère jusqu’à ce que mon oncle puisse s’installer et travailler lui-même. Du coup Maman a pris goût à la vigne et est restée avec mon oncle tout le long jusqu’à ces derniers temps où elle a pris sa retraite. J’ai travaillé un petit peu avec mon oncle après avoir travaillé à Faugères pendant quelques années puis sur un autre domaine du coin. On a travaillé un petit peu ensemble et puis j’ai eu l’occasion de m’installer à Soubès donc depuis 2012 j’ai mes propres vignes. Depuis tout petit j’ai toujours suivi Maman dans les vignes, j’ai toujours été intéressé par la culture, ne serait-ce que par le jardinage. J’ai toujours jardiné. Pour moi c’était logique d’y être !"

  • Pays Cœur d'Hérault
  • Tous les partenaires